AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

heap of dust ☆

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

messages : 699


fuck your life, mine is fine.
agence: ford
répertoire:

MessageSujet: heap of dust ☆ Jeu 5 Juil - 19:22


la jalousie rend féroce
quand elle est impuissante


un jour papa est partit de la maison, j'avais dix ans et barbara huit. je n'ai jamais su ce qui avait provoqué son départ, il avait juste pris sa valise, passé le perron, claqué la porte de la voiture et le taxi avait démarré. il avait longé l'ulitsa (rue) Gladkova, on avait vu disparaitre le véhicule au bout de l'avenue résidentielle, mama agitait son mouchoir du dimanche alors il nous avait semblé bon, à barbie et moi, de les secouer aussi. mama avait beaucoup pleuré en rentrant dans la maison. en fait, si mes souvenirs sont bons elle n'a jamais cessé de sombrer quand papa a quitté le domicile. elle a commencé à boire, et puis a arrêté de travailler, et avec barbara, on s'est débrouillée. heureusement y'avait baboushka (mamie) pour veiller sur nous, le mercredi après midi, on allait chez elle manger des tartines à la confiture et elle nous montrait les vidéos de quand elle était danseuse étoile. bébé et moi ça nous filait des frissons, et on adorait passer nos après-midi là bas, à essayer les vieux tutus et les chaussons de danseuses. on défilait devant mamie et elle nous répétait qu'on était belle. barbie était , fière et déterminée et pétillante, tandis que moi, j'étais un peu plus réservée, mais gracieuse, élégante. les années sont passées, et un jour, papa est revenu. huit ans qu'il nous avait pas vu. huit longues années sans nouvelle ou notre mère avait appris à faire sans, ou plutôt à faire avec ses problèmes d'alcoolisme et deux filles à élever. parce que maman c'était dit que c'était trop facile de faire sans. elle nous avait pas abandonné, elle. il serrait la mère dans ses bras en disant qu'il n'y avait qu'elle et qu'il fallait pardonner. pendant deux mois, il s'était montré amoureux, attentionné, présent, au grand étonnant de toute la famille. les lovanov enfin réunis enfin c'est ce qu'on croyait. la vérité était tout autre. il avait eu cette drôle de tête en me retrouvant, "comme tu as changé", moi j'avais envie de pleurer, de le serrer dans mes bras. et puis une toute autre tête en retrouvant son "bébé", "que tu as changé barbie" en la faisant tourner sur elle même, l'admirant de haut en bas. à partir de là, il avait décidé d'en préférer une.

« je suis certain qu'elle fait exprès d'être moche pour m'emmerder. » comme un coup de poignard asséné. « laisse la tranquille Maks » en construction [ ... ]
nous nous parlions plus, ma soeur et moi. je pense que bébé avait pitié, mais elle n'a jamais osé manifester son désaccord ni remettre en cause les manières de mon père. plus un sourire, plus un regard, plus une parole, mon père se plaisait à distendre les liens qui nous unissaient, à nous séparer, nous éloigner, à faire de nous deux personnages totalement opposés.

comme vous l'avez surement compris, elle s'appelle barbara, mais on l'appelle barbie, ou bébé. déjà petites, on nous disait que la ressemblance était frappante, en repas de famille ou entre amis, c'était toujours le même discours de la part des invités. pourtant un jour, mon père y a été un peu plus fort que d'habitude, et en me toisant avec dédain « oui c’est vrai. mais en fait non, si vous saviez elles ne se ressemblent pas. je sais pas. pff. » désabusé il était, comme au bord de vomir « je ne peux pas croire qu’elles sortent du même ventre. » et puis il se mettait à nous questionner pour prouver à quel point nous étions différentes. que malgré ces deux ans de moins, barbie était intelligente, coquine et tellement éveillée. et comme moi je ne comprenais jamais rien, ma tête d'enfant ne suivait pas, faisait mal son boulot « elles se ressemblent, mais.. y‘en a une qui est moche. » mon cousin avait étouffé un rire. j'avais baissé la tête. c'est âge ou les parents disent vrais, quoiqu'ils disent, aussi énorme que se soit, nous les gamins ont les croient.



la mode est la pire des prostituées


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

heap of dust ☆

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
strike a pose :: HOPE YOU GUESS MY NAME.-