AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

(M) run away, be a real mind, and fight an other day.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: (M) run away, be a real mind, and fight an other day. Mar 17 Jan - 15:28

LIBRE RÉSERVÉ PRIS




siobhàn zyhra

kranovsky

IDENTITÉ:

âge → vingt-trois ans et des poussières. date et lieu de naissance → au choix, bratislava. nationalité → écrire ici. origines → au choix. statut civil → écrire ici. orientation sexuelle → hétérosexuel. situation financière → normal. profession → . caractère → écrire ici les principaux traits de caractère de ton personnage. avatar → jojo kesseler le grand .
HISTOIRE :

Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage. Veuillez insérer ici l'histoire du personnage.



UNDERCO'UNDERCO'UNDERCO'UNDERCO
Skylär ? Je l'ai rencontré il y a maintenant plus de six ans, au détour d'une ruelle à Bratislava. Je ne saurai trop dire ce qu'il s'est passé la première fois que je l'ai vu, mais la seule chose que je peux certifier c'est que du moment où elle est entrée dans ma vie, il m'a été impossible de m'imaginer la continuer sans elle. Elle fait partie de ses filles aux rires cristallins, qui s'échouent et se brisent sur la commissure de leurs lèvres ; oui, elle fait partie de ses filles aux parfums sucrés qui vous enivrent bien plus vite et bien plus intensément que n'importe quel alcool, n'importe quelle drogue et qui deviennent indispensables à votre survie, car sans Skylär et ses idées farfelues ma vie devenait bien trop fade, banale à en crever. Elle seule à su me donner, malgré elle, la force d'accomplir mes rêves, mes envies, d'assumer ce que j'étais sans avoir à craindre le regard des autres même si j'étais bien plus que ridicule comparé à elle et cette putain d'aura qu'elle dégage quoi qu'elle fasse ou dise. Elle a rythmé mes jours, nuancé mes nuits, j'aurais été capable de la suivre jusqu'au bout du monde rien que pour pouvoir cracher à la gueule de la planète entière que j'étais avec elle. En réalité, c'est ce que j'ai fait quand il y a quatre ans elle m'a annoncé qu'elle s'envolait pour les Etats-Unis. Elle voulait dévorer le monde, c'était viscéral, rester à Bratislava aurait été une erreur fatale, il ne fallait pas que cette putain d'étincelle dans son regard s'éteigne, je ne voulais pas perdre celle que je connaissais, celle que j'aimais, c'est pour ça qu'au-delà d'accepter son départ, je l'ai suivi dans son périple. On a tout quitté du jour au lendemain, sans rien dire à personne, ni à ma famille ni à la sienne. J'ai renoncé à tout, et au final peut-être même à moi-même pour cette fille. J'en ai passé des nuits à courir après chacun de ses soupirs, à parcourir les rues de toutes les villes que nous avons écumé le cœur battant à cent pour retapisser les murs de ses démons, de nos idées, de nos rêves et de nos fantasmes. Je me souviens de cette sensation que j'avais au creux du ventre à chaque fois que ses lèvres se posaient sur mon coup, à chaque fois que mes doigts frôlaient sa peau, à chaque fois que je la voyais une bombe à la main entrain de redonner vie à une façade placide, dès que je prononçais son prénom, dès qu'elle daignait susurrer le mien... Je l'ai aimé, bien plus que la raison aurait du me le permettre, bien plus qu'il le fallait, bien plus qu'elle ne m'aimait... Puis un jour, j'en ai eu marre de ne pas toujours savoir qui elle était, de la voir rentrer saoule à n'importe quelle heure de la nuit après l'avoir attendu pendant des heures sans savoir où elle était pour qu'elle vienne finalement me raconter à quel point le mec qui venait de la sauter lui avait fait prendre son pied. J'ai fini par être épuisé de vivre à travers elle et ses cauchemars, ses crises d'hystéries, son narcissisme et sa folie. Elle m'a vidé, de tout ce que j'avais, de tout ce que j'étais; j'ai trop longtemps voulu la protéger du reste du monde avant de comprendre que c'était elle, et elle seule, qui cherchait à sauter de la falaise et que j'aurais beau faire tout ce que je voudrais, jamais je ne pourrai la protéger d'elle-même. A défaut de pouvoir la sauver elle, il fallait peut-être que je me sauve moi-même. J'ai réalisé que je ne pouvais pas ou plus vivre avec une personne qui un jour m'aimait et l'autre me haïssait corps et âme. Pourtant, j'ai essayé de m'accrocher, de lui pardonner tout ce qu'elle pouvait faire, dire, j'ai essayé de fermer les yeux, mais il était trop tard. Elle m'avait tout donné, même l'envie de la quitter. Alors, je suis parti, sans rien dire, à sa façon, sans savoir si elle remarquerait mon absence.
Oui je connais Skylär, ou du moins, j'ai fait l'erreur de le croire.


Revenir en haut Aller en bas

(M) run away, be a real mind, and fight an other day.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
strike a pose :: VERSION UN. :: PERSONNAGE.-