AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

messages : 11


fuck your life, mine is fine.
agence: VNY
répertoire:

MessageSujet: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Mer 28 Déc - 1:35



lia hero straková

date et lieu de naissance → douze avril quatre-vingt onze, à liberec nationalité → tchèque origines → tchèque, allemande. statut civil → célibataire. orientation sexuelle → hétérosexuelle situation financière → elle gagne suffisamment à ses yeux. caractère → Froide, indépendante, douce, travailleuse, têtue, indifférente, solitaire, blessée, mystérieuse, intelligente, possessive, captivante, silencieuse, désillusionnée, observatrice, calme. avatar → kasia struss.

MEASUREMENTS :

Height: 179cm.
Bust: 81cm.
Waist: 61cm.
Hips: 87cm.
Shoe : 38,5EU.
Hair: châtains clairs.
Eyes: marrons.
BEHAVIOUR :

→ depuis combien de temps êtes-vous dans le mannequinat et comment avez-vous été découvert ? depuis quatre ans. j’ai été découverte dans les rues de prague.
→ que pensez-vous de l'industrie de la mode ? appréciez-vous votre métier ? ça me fait vivre. d’être mannequin ? la chance de ma vie.
→ à quoi aurait ressemblé votre vie si vous n’étiez pas devenu mannequin ? j'aurais peut-être été hôtesse de l'air, sinon probablement serveuse dans un restaurant.
→ quels sont vos projets futur ? aucun pour l'instant du moins aucun qui peuvent vous intéresser.

Écrivez en un minimum de 550 mots (équivalent de 40 lignes environ, vous pouvez utiliser un compteur de mots tel que alorthographe) l'histoire de votre personnage en y précisant comment il s'est fait repérer et comment sa carrière a démarré. Essayez aussi de mettre en valeur son caractère et ses habitudes. Vous avez le choix entre écrire des anecdotes, votre histoire ou un sujet de rp, peu importe. Nous ne tolérerons pas l'abondance de fautes d'orthographe donc relisez-vous ou passez votre texte sous correcteur avant de le poster.
prénom/pseudo → mélissa, metronomy. âge → 19. pays → france. présence → suffisante comment t'as atterri sur le forum ? par l'action du saint esprit qu'en penses-tu ? écrire ici.





Dernière édition par Lia Straková le Lun 16 Jan - 20:56, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 11


fuck your life, mine is fine.
agence: VNY
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Mer 28 Déc - 1:35

PERSONNE N'AIME PERSONNE. PERSONNE NE PLEURE PERSONNE. POURQUOI MÊME EN PARLER ? PERSONNE N'A TUÉ PERSONNE. PERSONNE N'EST MORT POUR PERSONNE. PERSONNE N'EST ENFANT DE PERSONNE. POURQUOI MÊME EN PARLER ? PERSONNE NE MENT À PERSONNE. PERSONNE NE MANQUE À PERSONNE. PERSONNE NE HAIT PERSONNE. POURQUOI MÊME EN PARLER ? PERSONNE NE DIT RIEN À PERSONNE. PERSONNE NE REGRETTE RIEN ET SI QUELQU'UN EN SOUFFRE, PERSONNE N'EN SAURA RIEN.

elle ne parle jamais d'elle. elle n'en voit pas l'intérêt. elle n'a rien d'intéressant à dire. elle n'est pas intéressante. elle préfère se taire pour elle, pour vous, pour eux. elle observe le monde à travers son regard ambré rempli de désillusion. elle essaye d'oublier le temps qui passe sachant que cela n'ira jamais mieux. le passé ne l'intéresse plus, subissant le présent, elle ne mise aucun espoir concernant le futur.


j'ai tué ma mère.
elle est orpheline. elle n'a pas de famille enfin si elle a elle : sa grand-mère pour qui elle donnerait sa vie. une mère avide d'argent, un père inconnu. une enfance loin d'être rose. née à liberec, une ville au nord de la république tchèque, si vous ne connaissez pas personne ne vous en voudra. sa mère l'avait laissé chez sa grand-mère, elle avait trois ans. elle lui avait promis de revenir la chercher, elle ne la jamais fait. elle a tué sa mère, le jour où elle est devenue lucide. elle était le vilain petit canard, enfant née hors-mariage probablement d'une ancienne relation qu'entretenait sa mère avec sans doute l'un de ces hommes puissants riche à en crever. la seule chose que lia sait à propos de lui, c'est qu'il était allemand. la belle affaire. alors elle s'est renfermée sur elle-même. enfant solitaire, elle ne cherchait pas le contact avec les autres. sa grand-mère ne s'en inquiétait cependant que très peu. elle avait d'autres préoccupations, elle devait subvenir aux besoins d'elle et de sa petite-fille. un mari perdu il y avait des années. elle tenait une petite boutique de tissus, la seule de la ville à vrai dire. son existence n'avait rien de palpitant, elle allait à l'école. elle rentrait à pied jusqu'à la boutique. elle la traversait pour se rendre à l'arrière de celle-ci où elle y faisait ses devoirs. lia n'aimait pas l'école mais elle n'en était pas moins une cancre. ce qu'elle aimait : dessiner. elle dessinait tout le temps, pour passer le temps ou pour oublier. elle s'évadait vers d'autres contrées.

elle était en voyage scolaire à prague avec sa classe. elle avait quinze ans. elle était belle, une longue chevelure brune, plus grande que la moyenne de ses camarades. on la remarquait ne laissant peu de personnes indifférentes. elle souriait à peine. elle suivait traînant son corps apolenia nováková qui était assez narcissique pour éviter toutes questions personnelles, elle ne l'aimait cependant pas plus que ça. apolenia était la fille d'un entrepreneur qui avait réussi sa vie, le genre de personne qui avait plus d'argent que la population moyenne. apolenia devait avoir le genre de syndrome d'acheteuse compulsive. cinquième magasin de vêtement où elle allait en avoir encore pour dix mille couronnes tchèques alors que lia elle n'avait même pas assez d'argent pour acheter une minable tasse de café. elle avait passé plus de deux heures dans ce magasin, le temps libre qui avait été autorisé par sa professeur allait toucher à sa fin. « apolenia, nous devrions nous dépêcher. » apolenia avait cette manie de penser que tout lui était acquis parce qu'elle avait de l'argent. elle se regardait dans le miroir ignorant lia. elle avait pris l’habitude de cette total ignorance qu’elle appréciait de manière générale. « apolenia, je m’en vais. on se retrouve tout à l’heure avec le groupe. » lia fermait son cahier de dessin qu’elle rangeait dans son sac. elle se levait sortant de ce magasin, temple de la consommation. plan de la ville en main, elle marchait en direction du point de rendez-vous. « mademoiselle. » lia ne faisait pas attention aux personnes qui l'entouraient. « mademoiselle, excusez-moi, mademoiselle. » elle obligeait l'inconnu à accélérait la cadence de ses pas. son regard s'était dirigée vers la main qui venait de se poser sur son bras. « mademoiselle ? » elle s'arrêtait ne disant rien. « vous avez quel âge ? » « pardon ? » elle avait été surprise par la question, il avait senti le malaise. « je suis booker pour une agence de mannequin et vous avez tout du profil que nous recherchons aujourd'hui. » il parlait un tchèque approximatif qu'elle comprenait un peu. « et donc ? » lançant un regard interrogatif. « vous ne voudriez pas être mannequin ? » « j'ai quinze ans. » avait-elle fini par répondre d'un ton très calme et posé. certaines filles auraient probablement eu un sourire jusqu'aux lèvres, auraient probablement réagi excessivement, lia non. lia n'avait émise aucune réaction positive comme négative. un sourire était apparu sur le visage de l'inconnu comme si dans son esprit de nombreuses idées venaient de faire leurs apparitions. « je vais vous laisser ma carte, réfléchissez y et appeler moi. » il lui tendait une carte blanche qui faisait très professionnelle, elle l'avait prise et l'avait regardé quelques secondes pour finalement la ranger dans son sac. « j'attends votre appel, vraiment vous avez du potentiel. » elle haussait les sourcils. son téléphone s'était mis à sonner qui mettait ainsi un terme à leur conversation. lia se mettait à rire se concentrant à nouveau sur son plan. elle avait mis six mois pour le rappeler. sa motivation ? l'argent. sa grand-mère connaissait de réel problème d'argent depuis quelques mois et elle s'était dit qu'elle l'aiderait plus en faisant le mannequin qu'en étant serveuse dans ce restaurant minable qui la sous payée. elle était partie à paris. elle voulait devenir hôtesse de l'air pour aller aux quatre coins du monde, finalement, elle est devenue mannequin.

ET SI PERSONNE N'EST LÀ, AUTANT CRACHER SUR MOI. PERSONNE NE M'EN VOUDRA, PERSONNE NE LE SAURA. JE N'EN VEUX À PERSONNE. JE N'AI PAS DE CHAGRIN ET JE NE HAIS PERSONNE CAR PERSONNE CE N'EST RIEN.


comme j'aime que tu existes.
lia est différente de la majorité des gens. déjà enfant, elle était différente. elle n'a jamais aimé les contes de fées, elle n'a jamais rêvé au prince charmant et surtout elle n'a jamais voulu être une princesse. l'amour, elle trouve ça vraiment étrange. une sorte de concept auquel elle n'a jamais vraiment adhéré du moins c'est ce qu'elle se laisse penser, du moins c'est qu'elle affirme. elle avait dix-sept ans, cela faisait un an qu'elle avait commencé à travailler puis sans vraiment comprendre comment ni pourquoi, elle s'était retrouvée dans une agence américaine, à new york. elle n'avait rien dit, elle avait juste signé les papiers du moins sa grand-mère l'avait fait pour elle. elle avait été conviée à ce genre de soirée que son agence organisée, elle n'en avait pas compris le but de cette soirée, mais son agent lui avait clairement expliqué qu'elle se devait d'être présente en tant que nouvelle recrue. elle avait haussé les épaules comme à son habitude et le soir même était apparue dans une petite robe noire. mal à l'aise, elle ne comprenait pas tout ce qu'il se passait et avait finalement fini par se mettre en retrait. elle ne connaissait personne, elle s'était assise gracieusement sur une sorte de canapé d'extérieur. elle observait le monde s’agiter, sourire, boire puis soudainement un jeune homme venait prendre place à côté d’elle. « je peux ? » il n’avait pas attendu son autorisation. elle le regardait. il ressemblait à ces statues grecs en marbre que l’on pouvait trouver dans tout musées qui traitaient de l’antiquité. il lui tendait une coupe de champagne, elle l'attrapait la gardant dans ses mains. elle chuchotait un timide « merci. » elle se sentait observé par le jeune inconnu qu'elle trouvait beau comme un dieu, si sûr de lui. « nouvelle recrue ? » d'un signe de tête positif, elle confirmait la question. « et la nouvelle recrue a-t-elle un prénom ? » était-elle asociale ? probablement. « lia. » avait-elle répondu simplement. il souriait. elle n'avait pas eu besoin de lui retourner la question. « enchanté, léandre. » un sourire en coin apparaissait sur son visage. il se prénommait léandre, elle trouvait cela assez drôle car son deuxième prénom était hero, comme la légende. mais cela elle n'allait pas lui dire. son regard azur la déstabilisait, elle lui tendait sa coupe de champagne qu'il attrapait sans vraiment comprendre. « je dois y aller léandre, merci pour la coupe. » elle se levait partant rejoindre son agent pour lui demander l'autorisation de s'en aller. il avait vingt ans, elle en avait dix-sept ça a commencé comme ça.

on rencontre des gens à longueur de journée, on décide de leur parler ou non, on décide de sympathiser avec eux ou non. on rencontre des gens à longueur de journée et certain attirent votre attention plus que d'autre. lia a commencé à fréquenter léandre, en fait il avait le même agent alors ils ont eut l’occasion de se recroiser encore et encore. léandre n'était pas comme les autres, comme tout ceux qu'elle pouvait rencontrer ou fréquenter. non, léandre était différent. léandre méritait son attention. elle n'avait pas besoin de parler pour qu'il la comprenne et ça c'était quelque chose qu'elle appréciait chez lui. en vérité, lia n'a jamais autant parlé avec quelqu'un qu'avec cet homme. elle n'avait pas forcément confiance en autrui mais lia avait donné toute sa confiance à léandre en si peu de temps. elle ne pourrait pas expliquer sa relation avec lui, elle ne pourrait pas l'expliquer, car personne ne peut comprendre et personne ne pourra jamais comprendre. entre eux c'est fusionnel, c'était plus fort que tout au monde. l'un sans l'autre c'est un incendie qui n's'éteint pas de la vie. vous avez saisi, c'est fusionnel. l'un a ses idées, et l'autre ses ailes alors les séparer devient criminel. se faire incendier sur la grande échelle. ta voix, tes yeux, tes mains, tes lèvres, le silence, nos paroles, la lumière qui s’en va, la lumière qui revient, un seul sourire pour nous deux, pas besoin de savoir, j’ai vu la nuit créer le jour sans que nous changions d’apparence, ô bien aimée de tous et bien aimée d’un seul, en silence ta bouche a promis d’être heureuse, de loin en loin dit la haine, de proche en proche dit l’amour, par la caresse, nous sortons de notre enfance, je vois de mieux en mieux la forme humaine comme un dialogue d’amoureux, le cœur n’est qu’une seule bouche, toutes les choses au hasard, tous les mots dits sans y penser, les sentiments à la dérive, les hommes tournent dans la ville, le regard, la parole et le fait que je t’aime, tout est en mouvement, il suffit d’avancer pour vivre, d’aller droit devant soi, vers tout ce que l’on aime, j’allais vers toi, j’allais sans fin vers la lumière, si tu souris, c’est pour mieux m’envahir, les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard. (paul éluard)

elle n'avait jamais ressenti ça auparavant, elle n'avait jamais été aussi proche de quelqu'un depuis son enfance. léandre, son seul et véritable ami sur qui elle pourra toujours compter quoiqu'il arrive, elle en était certaine. pendant plus d'un an et demi, elle passait son temps avec léandre et lorsqu'elle n'était pas avec lui, il arrivait à être là. personne n'avait jamais pris autant soin de lia, personne n'avait jamais fait autant attention à elle que lui, son beau léandre. l’un sans l’autre c’est un incendie, un incident bien senti. l’un se dit prêt à mourir pour l’autre, l’autre aussi. eet puis, il y a eu ce jour. elle avait passé une mauvaise soirée comme souvent, elle voulait voir léandre et elle s'était pointée à son appartement, elle avait sonné, mais aucune réponse. elle lui avait envoyé un sms mais elle n'avait jamais eu de réponse. alors elle avait attendu devant cette porte qu'il revienne. il était revenu trois heures après en charmante compagnie, il n'était pas sobre mais elle avait pu discerner sur son visage une légère surprise à voir lia à sa porte. lia était en colère, une colère qu'elle n'arrivait pas à se l'expliquer. en réalité, c'était de la jalousie qu'elle ressentait, mais elle ne le savait pas encore. elle s'était levée et était partie. c'est sur le chemin du retour en marchant dans la nuit new-yorkaise qu'elle se rendit compte qu'elle était en train de tomber amoureuse de léandre. elle était allongée dans son lit, elle était venue à la conclusion qu'elle devait lui dire adieu enfin c'était la seule solution qu'elle voulait bien envisager. le problème dans sa relation avec léandre c'est qu'elle en venait à négliger tout ce qui l'entourait. en réalité cela en devenait malsain cette symbiose qu'il y avait entre eux. elle avait l'impression de le connaître depuis toujours, mais en réalité cela ne faisait que douze mois. et elle commençait à devenir de plus en plus exigeante. elle commençait à devenir de plus en plus dépendante de lui. elle ne devait pas. elle devait le faire sortir de sa vie comme elle l'avait fait rentré : brutalement.

elle était assise face à lui, les coudes sur la table du restaurant, une cigarette dans sa main droite. elle fixait léandre sans rien dire. elle le trouvait très beau que cela la faisait sourire. elle tirait sur sa cigarette, soufflant lentement la fumée qu'elle venait d'inhaler. « je vais pas pouvoir rester dîner avec toi. » et puis un air de stupéfaction apparaissait rapidement sur son visage. « tes raisons ? » « j'ai rendez-vous. » « avec qui ? » « tu ne connais pas. » il le connaissait, mais lia ne voulait pas lui dire l'identité de ce fameux rendez-vous pour éviter toutes colères du moins c'est ce qu'elle pensait. il serrait les points les frappants sur la table. « c'est qui, lia ? » elle s'était habituée à ses changements d'humeur brutales, au début de leur relation, elle sursautait à chaque fois qu'il laissait sa colère s'exprimer, mais là elle n'y prêtait aucune attention écrasant sa cigarette dans le cendrier noir. son regard pénétrait le sien, elle se levait attrapant son sac qu'elle mettait à son épaule. « bonne soirée. » elle tournait les talons se dirigeant en direction de la sortie, mais il l'avait rattrapé rapidement. ils étaient là devant ce restaurant branché. elle l'observait dans les moindres détails. « au revoir léandre. » elle lui déposait un baiser sur sa joue gauche. ils se regardaient encore dans les yeux l'espace de deux minutes. il était temps pour lia de s'en aller. léandre maintenait sa main dans la sienne. elle s'éloignait gardant le bras tendu. léandre portait la main de lia à sa bouche, lui déposant un baiser. « reste. » ce n'était pas un simple au revoir de la part de lia, non c'était clairement un adieu. lia en avait conscience et léandre avait dû probablement le ressentir, mais il l'avait laissé partir malgré tout. lia ne s'était pas retournée. il avait vingt-et-un ans, elle en avait dix-huit. si je te quitte nous nous souviendrons. en te quittant nous nous retrouverons.

mes yeux se sont séparés de tes yeux. ils perdent leur confiance, ils perdent leur lumière . ma bouche s'est séparée de ta bouche. ma bouche s'est séparée du plaisir et du sens de l'amour, et du sens de la vie. mes mains se sont séparées de tes mains. mes mains laissent tout échapper. mes pieds se sont séparés de tes pieds. ils n'avanceront plus, il n'y a plus de route. (paul éluard)



c'est le désir qui crée le désirable, et le projet qui pose la fin.
elle n'y avait pas mis les pieds depuis plus d'un an. ses yeux observaient ces maisons, cette fontaine qui lui avait été familière un jour. à présent, elle avait perdu toute familiarité avec cet endroit. elle n'aimait pas liberec pas plus qu'elle aimait new-york. elle avait pris un taxi, elle ne parlait pas. elle observait simplement. des frissons lui parcouraient le corps entier. elle était arrivée à l'hôpital, elle ne se rendait pas dans l'une des chambres. elle se rendait à la morgue, car à l'heure qu'il était c'était déjà trop tard. elle prenait sa respiration. il ouvrait la porte tirant sur cette espèce de plaque en fer laissant apparaître une couverture bleu laissant deviner qu'elle couvrait un corps sans vie. le médecin regardait intensément lia dans les yeux. « vous êtes prête ? » elle n'avait pas la force de parler, et se contentait de lui faire un signe de tête en guise d'approbation. elle était là allongée, l'air si paisible. à la vision de son corps inerte, son cœur se resserrait. elle avait envie de vomir. elle ne pleurait pas, elle n'avait plus la force de pleurer. elle avait mis deux jours avant de venir à l'hôpital. elle était restée deux jours dans la maison de sa grand-mère allongeait dans son ancienne chambre à pleurer toutes les larmes de son corps.

sur le seuil de sa maison, notre père t’attend et les bras de dieu s’ouvriront pour toi. quand les portes de la vie s’ouvriront devant nous, dans la paix de dieu nous te reverrons. quand viendra le dernier jour à l’appel du seigneur, tu te lèveras et du marcheras. comme à ton premier matin brillera le soleil et tu entreras dans la joie de dieu.

elle attrapait un peu de terre qu'elle jetait rapidement. son regard vide elle restait la statique fixant ce trou béant. présent, des personnes qu'elle ne connaissait pas. il y avait beaucoup de monde, elle ne pensait pas qu'il y aurait autant de personnes en vérité. cela la touchait au fond. elle était partie rapidement du cimetière sans prendre la peine de remercier quiconque, elle n'avait pas la force d'entendre tout le monde être désolés. elle ne voulait pas supporter leurs regards sur elle. elle voulait être seule. voilà que maintenant elle était réellement seule. elle n'avait pas réellement d'amis, elle ne fréquentait personne officiellement. elle était seule. cette idée résonnait dans son esprit. SEULE. sa grand-mère l'avait abandonné à son tour, elle savait que cela arriverait un jour cependant elle n'y était pas encore préparée. cette annonce, l'enterrement cela avait été si violent pour lia. elle n'était pas capable de gérer ça seule pourtant elle n'avait pas le choix. elle restait allongée dans cette maison qu’elle ne voulait vendre. elle n’était pourtant peu matérielle mais l’idée de la vendre n’était pas envisageable du moins pour l’instant. pendant trois jours, elle était restée en position fœtus dans ce lit. elle ne pensait plus, elle ne mangeait plus. elle avait perdu tout élan de vitalité. parfois les larmes coulaient sur ses joues et puis elle finissait pas s'endormir. tu entends mamie comme j'ai mal depuis que tu es partie ? est-ce qu’avec le temps va tout s’en va ? est-ce qu’avec le temps ça irait mieux ? est-ce qu’on finit par s’en remettre ? est-ce qu’elle pourrait sourire à nouveau ? est-ce qu’elle arriverait à être plus forte que sa peine ? elle ne le savait pas, elle n'y pensait. son agent l'avait appelé une centaine de fois pour dire la vérité. il voulait être sûr qu'elle prendrait bien son avion pour paris, qu'elle irait bien défiler. oui, connard, je vais venir travailler finalement en y réfléchissant : la solitude, elle s'y était habituée. elle ne rentrait que très peu voir sa grand-mère à liberec, uniquement pour les fêtes de noël. elle lui envoyait de l'argent tous les mois et l'appelait de temps à autre. elle était rentrée le dimanche 22 janvier, elle était allée dans sa chambre et s'y était enfermée à double tour et là répondant à une pulsion qu'elle ne saurait s'expliquer, elle avait composé son numéro. apparemment, il n'avait pas changé de numéro, elle oui. elle laissait sonner, entendait sa voix puis raccrochait. comportement puéril, probablement. mais bien qu'elle ait cherché la solitude durant toute sa vie, l'idée d'être réellement seule la terrorisait. elle ne l'avait pas oublié, non elle pensait à lui tout les jours. elle ne savait pas si lui l'avait oublié, elle espérait que non.

ET JE CHANTE ET JE SOUFFLE ET JE SOUFFLE COMME JE SOUFFRE. MAIS SI MON CHANT EST GAI ALORS C'EST SANS REGRET. ALORS C'EST SANS REGRET. ALORS C'EST SANS REGRET.




Dernière édition par Lia Straková le Lun 16 Jan - 15:56, édité 46 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Mer 28 Déc - 2:10

Jolie avatar.
Bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Mer 28 Déc - 2:39

l'avatar est divin, je n'arrive pas à en détacher le regard. bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar

messages : 895


fuck your life, mine is fine.
agence: next
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Mer 28 Déc - 10:19

(re)bienvenue melissa
très très bon choix d'avatar (kasia n'est pas assez vu à mon goût)

- j'espère que j'me trompe pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Mer 28 Déc - 11:49

OHHHHHHHHHHHHHHHH il y a la belle Kasia, une autre BG!!!!! I LOVE YOU BABY!!!!!!

Bon j'arrête ma folie sur toi, bienvenue et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Mer 28 Déc - 12:24

mygaaaad, bienvenue bon courage pour la suite de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

messages : 11


fuck your life, mine is fine.
agence: VNY
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 15:28

merci tout le monde, et tu as tout juste maëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 746


fuck your life, mine is fine.
agence:
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 17:45

" no kasia kasia, don't take a pictuuure "
magnifique choix, j'adore, kasia est tellement belle tu fais toujours des choix magistraux
et puis putain, le personnage me fait penser à l'héroïne d'un livre, petite inspiration du "monde à ses pieds" ou je me trompe? dans tous les cas, je te souhaite la re-bienvenue ma caille, j'irais dévorer ta fiche avec appétit quand j'en aurais le courage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 11


fuck your life, mine is fine.
agence: VNY
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 18:29

, on a vu la même vidéo.
merci beaucoup mon chat. j'avoue kasia est vraiment magnifique (en tout cas moi je la trouve magnifique), une légère inspiration en effet, (enfin surtout la musique, que je trouve inspirante) va dévorer si c'est ton souhait (mais si tu ne lis pas, c'est pas grave, je t'en voudrais pas. )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 746


fuck your life, mine is fine.
agence:
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 18:31

non mais si parce que je veux un lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 1112


fuck your life, mine is fine.
agence: VNY
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 18:33

tu l'as d'office le lien. tu comprendras en lisant la fiche, ma couille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 11


fuck your life, mine is fine.
agence: VNY
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 18:36

oui, tu auras un lien qui gère la fougère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 129


fuck your life, mine is fine.
agence: NEXT MODELS.
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 19:06

t'es canon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 746


fuck your life, mine is fine.
agence:
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 19:07

j'avais cru comprendre en voyant le prénom de léandre brièvement évoqué dans une longue partie de ta fiche. je lirais ça, alors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 11


fuck your life, mine is fine.
agence: VNY
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 19:17

Maddalena Mau a écrit:
t'es canon.



d'ailleurs entre canon
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 129


fuck your life, mine is fine.
agence: NEXT MODELS.
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 19:38

p'tain qu'on est belles!
btw je réponds à ton mp très bientôt, je finis une rep et je règle un truc, puis je suis tout à toi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 213


fuck your life, mine is fine.
agence: ELITE.
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 19:47

J'aime énormément ta façon d'écrire, ça m'a touché et ça ne m'arrive pas souvent.
Bienvenue ou (re)bienvenue, je ne sais pas ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 11


fuck your life, mine is fine.
agence: VNY
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Lun 16 Jan - 19:51

Maddalena Mau a écrit:
p'tain qu'on est belles!
btw je réponds à ton mp très bientôt, je finis une rep et je règle un truc, puis je suis tout à toi.

les plus belles.
ça marche, j'attends ton mp alors.

S. Red Wild a écrit:
J'aime énormément ta façon d'écrire, ça m'a touché et ça ne m'arrive pas souvent.
Bienvenue ou (re)bienvenue, je ne sais pas ♥️

oh, merci beaucoup
j'suis une habituée, moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 87


fuck your life, mine is fine.
agence: ford
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Mar 17 Jan - 14:30

Punaise ta fiche a trop de charme (pas encore lu) mais, le "j'ai tué ma mère" comme pour le film de Xavier Dolan, j'adore d'entré. La musique est sublime, je découvres et je cours la mettre dans le dossier musique ! De plus tu as l'air d'avoir un excellent rp vu la longueur de la fiche ! Alors bienvenue à toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mycreationandco.tumblr.com/
avatar

messages : 11


fuck your life, mine is fine.
agence: VNY
répertoire:

MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots. Mar 17 Jan - 22:18

comment tu me déçois.
mais merci pour tes compliments
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots.


Revenir en haut Aller en bas

et, du haut de la tour, elle se précipite dans les flots.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
strike a pose :: VERSION UN. :: PRÉSENTATIONS DES MEMBRES.-